Campus d'Excel·lència Empresarial Casa Nova.
¿Te imaginas poder disfrutar de infinitas actividades en familia?
DÍA DE LA FAMILIA
¡No te pierdas nada!

LA MAISON DE LA CULTURE ACCUEILLE UNE EXPOSITION DE BONSAÏS DU CLUB BONSAI MARINA ALTA

Lundi, 7 Mai, 2018 - 14:15

Du 14 au 19 mai, la Maison de la Culture accueillera une exposition de bonsaïs organisée par le Club Bonsai Marina Alta, qui vise à faire connaître cette technique séculaire de culture et de soin des arbres en miniature. Pour en savoir plus sur cet art et l'exposition, nous avons interviewé Luis Clemente, de Calp, membre de l'association et passionné de bonsaïs.

 

 

- Que va trouver le public à cette exposition de bonsaï?

Luis Clemente : Il s'agit d'une exposition de 40 à 50 arbres de diverses espèces bien que majoritairement autochtones, il y a des oliviers, des grenadiers, des figuiers, des caroubiers, des pins, etc., et une grande variété d'arbres dans l'exposition, le tout accompagné par un ensemble d'ornementation qui cherche à créer une atmosphère de tranquillité et de détente typique de cet art.

 

- Qu'est-ce que c'est le Club Bonsai Marina Alta?

L.C. : Nous sommes un groupe d'amis qui aiment bien une chose en commun, le club a été fondé en 1995 pour consolider les réunions d'un groupe d'intéressés à partager des expériences et approfondir la connaissance de la culture et de la formation du bonsaï. Il est composé de gens de partout dans la région, nous nous rencontrons habituellement à Xaló tous les 15 jours.

 

- Que peut faire quelqu'un qui s'intéresse à ce passe-temps?

L.C. : Ceux qui veulent apprendre peuvent s’approcher et entrer en contact avec le club, ils seront les bienvenus ; il s'agit d'apprendre de l'expérience des autres, même si parfois nous faisons des ateliers liés à une exposition. Les passionnés de bonsaïs essaient d'imiter la nature, il y a des espèces plus faciles pour s’initier et nous travaillons surtout avec des espèces autochtones.

 

- Comment cette passion  est-elle venue à vous?

L.C.: J'avais toujours aimé le monde du bonsaï mais j'avais du respect, je cherchais une alternative au travail, un passe-temps qui me permettait de me détendre, je me suis approché du club et je suis devenu accro depuis le début. Faire du bonsaï n'est pas cher, il faut du matériel et des outils de base, mais la chose que vous en aurez vraiment besoin, c'est la patience.

Le soin d'un bonsaï ne finit jamais, on commence à travailler avec un arbre et on connait les différentes étapes de cet exemplaire, mais ce sont des êtres vivants qui grandissent et changent, ainsi leur soin ne finit jamais.

 

- Dans une société marquée par la hâte, le manque de temps et le stress, ce passe-temps millénaire a-t-il un avenir?

L.C. : Il a de l'avenir, de plus en plus, parce que c'est une activité qui implique la réflexion et qui exerce la patience, quand on rentre stressé, l'arbre, qui a son propre rythme, nous apprend qu'il faut avoir de la patience. Cela m'aide particulièrement à me détendre. Dans la culture japonaise on travaille beaucoup la réflexion et la patience.